FLEUR DE LUNE n° 25

printemps-été 2011



Le mot du président


  • Fourré à la Sorbonne
  • Documents (directs et adjacents) sur Maurice Fourré, par J.P Guillon
  • The red badge of Carrouges, par B. Duval
  • Voyage au pays de Conomor, par B. Dunner

Echos et nouvelles

- Les nouvelles perdues de M. Fourré, par J. Simonelli
- Il fait chaud vient de paraître!



Les textes de ce numéro sont disponible au format pdf (clic!)

Abonnez-vous pour avoir des numéros plus récents, sur du vrai papier, avec une magnifique couverture en couleur.

Le mot du Président

2011, année de tous les projets, de toutes les actions, pour l'AAMF. Qu'on en juge : après avoir publié, fin 2010, trois belles plaquettes dans la collection « les Cahiers de l'AAMF », voilà que nous récidivons déjà, avec la parution d' Il fait chaud !, le recueil des nouvelles inédites de Fourré. D'autres Cahiers sont déjà en projet, sinon en chantier. Par ailleurs, nous participons à divers évènements, détaillés à la fin de ce numéro 25 de Fleur de Lune.

Lequel numéro propose par ailleurs bien des sujets d'intérêt. Que l'on suive les échanges épistolaires entre Fourré et Carrouges, qui fut plus qu'on ne l'a pensé son guide et son mentor sur les chemins de la réussite littéraire, que l'on se promène sur la Loire avec Jean-Pierre Guillon ou sur les traces des héros de Tête-de-Nègre sur les bords du Blavet et du Daoulas, que l'on parte à la recherche des textes perdus, on en apprendra toujours et encore sur Fourré, qui vient même de faire son entrée à la Sorbonne ! Petit à petit, l'AAMF réussit à tirer de l'ombre son auteur de prédilection : plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien, et nous espérons que vous serez nombreux à venir découvrir Il fait chaud !, flâner au marché de la poésie de Rochefort où le stand AAMF vous attend, ou suivre les manifestations de Richelieu.

Et en attendant, nous vous souhaitons un très bel été.


Bonne lecture !

Fourré à la Sorbonne

Le 10 décembre dernier, Maurice Fourré était, pour la première fois de sa vie, étudié à la Sorbonne, dans le cadre du Séminaire Henri-Béhar, intitulé cette année Surréalisme et baroque. Quelques membres de l’AAMF étaient présents à cette séance, dont la seconde partie était consacrée à Dali, ce qui explique l'entrée en matière. Pour les lecteurs de Fleur de Lune qui n’ont pu se trouver là, nous en reproduisons, en deux livraisons, le texte de l’intervention de Bruno Duval.

Quand j'ai découvert l'intitulé complet de la double séance d'aujourd'hui, je me suis demandé si, du point de vue des rapports entre le surréalisme et le baroque, Maurice Fourré, le romancier le moins visible, depuis des lustres, à la devanture des librairies pouvait avoir quelque chose à voir avec Dali, l'artiste peintre le plus voyant du siècle dernier.

 Au sens premier du terme, Rimbaud l'a dit, Il faut être voyant, se faire voyant...

Lire : Fourré à la Sorbonne

Documents (directs ou adjacents) sur Maurice Fourré

I

Université de Paris

Institut d’Histoire des Sciences et des Techniques

13, rue du Four

Paris VIè


Le 22 octobre 1950



Cher Monsieur,


Merci de m’avoir envoyé La Nuit du Rose-Hôtel avec une dédicace qui me touche vraiment. Merci de m’avoir donné ces heures de vie, ces heures de surprises vivantes où le philosophe qui aime les images n’a pas fini de s’émerveiller. Des collines du Saumurois au Montparnasse vous avez mille trajets, mille télescopages de rêve, qui sont le rêve vrai. Comme j’aurais voulu connaître votre livre quand j’écrivais un chapitre sur la maison onirique ! Les couloirs de la maison nantaise, page 211, remettent tout rêveur dans les labyrinthes de sa demeure initiale.

Lire : Documents (directs ou adjacents) sur Maurice Fourré

Voyage au pays de Conomor

La Bretagne, c'est grand, c'est tout un pays, qu'on croit connaître, alors que pas du tout.

Invités par des amis à passer un week-end enchanteur à Lizio (Morbihan), au mois d'avril dernier, deux membres de l'AAMF ont eu la surprise de découvrir qu'ils se retrouvaient au bord même du pays de Tête-de-Nègre, dont Fourré dessine lui-même les contours avec un grand souci de précision, au tout début de l'ouvrage, dans sa « Présentation des artistes »...


Lire : Voyage au pays de Conomor

Les nouvelles perdues de Maurice Fourré

Les Notes pour La Marraine du Sel (Éditions de l’AAMF, 2010) montrent comment Maurice Fourré pensait utiliser ses récits de jeunesse pour en faire les différents épisodes des amours de Philibert Orgilex, et nous en fournissent donc une liste.

Lire : Les nouvelles perdues de Maurice Fourré

page 1 sur 1