Le mot du président

Fleur de Lune numéro vingt ! La parution de ce bulletin est déjà en soi un bulletin … de victoire. Une association comme la nôtre a bien du mal à garder son cap et remplir sa mission : faire connaître un écrivain obstinément, opiniâtrement méconnu depuis plus d’un demi-siècle … Nous n’y parvenons que grâce à la volonté et l’entêtement d’une toute petite poignée de fourréens irréductibles. Qu’ils en soient tous remerciés.

Vingt numéros, ça se fête ! Et nous pensions organiser toute une soirée de lancement autour de cette sortie. Mais dans sa sagesse, le bureau de l’AAMF a jugé préférable que nous concentrions tous nos efforts sur la commémoration du cinquantenaire de la mort de Fourré, qui a quitté ce bas monde le 17 juin 1959. C’est donc en 2009, et par le numéro 21 (21, comme le solstice de juin, la Nuit entre toutes unique du Rose-Hôtel) que nous marquerons cet anniversaire, et un autre aussi, celui des dix ans du spectacle monté par Claude Merlin au Lavoir moderne parisien, Les Éblouissements de Monsieur Maurice. Nous espérons bien que nos efforts de commémoration ne s’en tiendront pas là. Nous nourrissons des projets … Mais vous en saurez davantage, vous saurez tout le moment venu.

En attendant, comme toujours, la lecture de ce numéro de Fleur de Lune vous réserve d’intéressantes surprises : une interview inédite, inespérée, de Maurice Fourré à Radio –Rennes ; le point sur la passionnante correspondance entre Fourré et André Breton, que les dispositions testamentaires de ce dernier nous interdisent, malheureusement, de publier – et c’est fort regrettable. Quelques échos critiques, récemment retrouvés, sur La Marraine du Sel, en prolongement du récent numéro spécial consacré à ce titre. Et bien d’autres choses encore, pour pimenter une rentrée que nous vous souhaitons réussie en tous points.